Des nouvelles de la convention citoyenne pour le climat ?


Convention Citoyenne / lundi, mars 30th, 2020

Partagez l'article !

Elle devait se terminer fin Janvier. Malheureusement les grèves en fin d’année 2019 ont eu raison de cette assemblée. Une première fois reportée à Avril, cette fois ci la session finale des 150 a été annulé et reporté à une date ultérieure pour cause de coronavirus. Une décision logique compte tenu de la situation sanitaire actuelle.

Pour rappel l’objectif de cette convention est de proposer des solutions pour réduire d’au moins 40% les émissions de CO2 d’ici à 2030. Cette réduction de 40% sera basée en prenant 1990 comme année de référence.

Quel avenir pour l’assemblée des 150 ?

Soyez rassurés ! Bien que certains sceptiques voient ici une manière d’annuler ce conseil citoyen du climat, il n’en est rien. En effet, le comité de gouvernance de la convention citoyenne a annoncé que la date d’organisation de la session finale sera définie une fois l’épidémie terminé. La maladie présente un trop risque pour le moment et empêche donc la tenue de l’assemblée citoyenne.

Remettre à plus tard la transition écologique, le grand risque pour la convention pour le climant

Cependant il est important de se questionner quant à son réel impact. Quand on sait que l’assemblée nationale a rejeté récemment un plan de relance « vert » pour l’après coronavirus. Il est normal de s’interroger. Je n’ai personnellement pas lu le plan en entier, il existe peut-être d’autres raisons à son refus. Faisabilité, pertinence, bienfondé…  Cependant, cela pourrait aussi traduire d’une certaine frilosité quant à l’adoption de lois pour l’environnement. Et quand on connait l’objectif des 150 citoyens, il y a de quoi s’inquiéter en ce qui concerne l’adoption de leurs propositions.

Une dynamique environnementale européenne mise à l’épreuve

Autre caillou dans la chaussure de la convention, certains pays européens souhaitent remettre à plus tard le Pacte vert européen. Bien que cela concerne le continent, cet évènement pourrait freiner les députés nationaux dans l’adoption de mesures écologiques. De mon point de vu, l’abandon ou le rapport de ce pacte ralentirait la dynamique environnementale en France. Cependant, il est important de noter que la Pologne s’est toujours montrée hostile aux lois environnementales européennes. Et il n’est pas étonnant de voir la République Tchèque la rejoindre sur ce point de vu.

Des avancées malgré tout pour cette assemblée ?

Malgré tout cela, dans les comptes rendus partagés par la convention pour le climat les participants sont positifs. Le rendu des propositions est sur le point d’être acté, il ne reste plus que quelques détails. Actuellement, les 150 réfléchissent à leurs argumentaires pour défendre leurs idées face aux députés. Des idées allant du financement des actions environnementales à l’inclusion des territoires plus éloignés de la métropole seront abordées. Parmi elles, le vrac dans l’alimentation, réintroduire la consigne en France. Intégrer la protection de l’environnement dans l’enseignement scolaire. Faire de l’écologie un vecteur social…

« Tant que cela ne nous concerne pas c’est facile de se mettre d’accord »

Cependant les membres de la convention s’accordent pour dire une chose, le chemin est encore long bien que se mettre d’accord fût une tâche abrupte. En effet, certains ont noté une facilité à proposer des mesures affectant les pouvoirs publics, les entreprises, la finance. Cependant la tâche était plus ardue lorsqu’il s’agissait de prendre des mesures qui impactait les citoyens.

Conclusion :
Attendons la fin du coronavirus pour juger la convention pour le climat !

Partagez l'article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *